Développement de compétences Recherche d'emploi

Les fautes d’orthographe, ennemies de notre évolution professionnelle

Une jeune femme demandait récemment à un chef d’entreprise, considéré comme un modèle de réussite par beaucoup de jeunes africains, ce qui, pour lui, faisait la différence quand il recevait plusieurs CV de candidats pour un emploi. Celui-ci a répondu que son premier critère de sélection est de « regarder s’il y a des fautes d’orthographe ».

Vous vous attendiez à ce qu’il parle des compétences, de l’école ou de l’université fréquentée, des distinctions reçues ? Mais, non. Comme lui, c’est, en effet, le premier critère de sélection pour de nombreuses entreprises : « vérifier s’il y a des fautes d’orthographe ».

Quand on parle de fautes d’orthographe dans cet article, cela inclut aussi bien les fautes liées à la grammaire qu’à la conjugaison, les fautes liées à la ponctuation, au style, etc.

« Les faute d’ortographe, c’est aussi grav que vous le dite ? »   

La réaction que vous avez eue en lisant la question ci-dessus (intentionnellement truffée de fautes) donne la réponse.

Les fautes d’orthographe font tout de suite supposer beaucoup de choses sur l’auteur : négligence, manque de rigueur, d’attention et de sérieux, manque de compétences professionnelles, mais aussi incapacité à parler sans faire de fautes.

Même si ce n’est pas toujours vrai, c’est ce que celui qui vous lit pense de vous. Vous pourriez chercher à prouver le contraire, encore faut-il qu’on vous donne la chance de le faire.

Plus généralement, les fautes d’orthographe ont des impacts à plusieurs niveaux :

  • Elles peuvent retarder votre entrée dans le monde professionnel : plusieurs recruteurs rejettent des candidatures à cause des fautes dans les CV, les lettres de motivation, ou même dans les e-mails que vous échangez avec eux.
  • Pour ceux qui travaillent déjà, les fautes d’orthographe vous rendent moins crédibles et peuvent empêcher votre évolution professionnelle : plusieurs personnes ont raté des promotions parce que leurs responsables ne pouvaient pas se permettre de placer, à la tête d’un département ou d’un projet, une personne qui ferait des fautes d’orthographe dans les e-mails qu’il enverrait aux clients, aux partenaires et aux autres collaborateurs.

Ça fait beaucoup de conséquences pour des fautes qu’on peut corriger…et une seule faute suffit pour donner une mauvaise image de votre personne.

Les fautes d’orthographe ne sont pas préméditées, nous direz-vous…

C’est vrai. Personne ne fait exprès de laisser traîner des fautes quand il rédige des documents liés au travail (sauf si la personne cherche à se faire virer ou est vraiment négligente). Néanmoins, nous adoptons certaines habitudes qui disent indirectement : « Je peux faire des fautes d’orthographe sans problème ».

Malheureusement, il est devenu courant d’écrire intentionnellement avec des fautes quand il s’agit des SMS ou des messages entre amis. Sans le savoir, ce langage SMS qu’on écrit et lit, un peu partout, altère notre capacité à écrire correctement. A force de l’utiliser, on ne sait plus comment s’écrivent exactement certains mots, comment accorder certains verbes, etc.

Oui, on veut aller vite et écrire rapidement, mais cela vaut-il le coup de sacrifier notre vie professionnelle et toutes les connaissances qu’on a pu acquérir en Français, Dictée, Grammaire, Conjugaison… au cours de notre parcours scolaire ?

Zéro faute dans nos écrits…

Des fautes peuvent se glisser facilement dans ce qu’on écrit, qu’on soit expert en français ou non. Néanmoins, quelques astuces pourraient nous permettre d’écrire tranquillement sans craindre les fautes :

  • Eviter le langage SMS autant que possible :  ce langage a été adopté par beaucoup pour réduire le nombre de caractères dans les messages classiques et ne pas trop dépenser. Mais maintenant, sur la plupart des réseaux sociaux via lesquels on communique, il n’y a pas de limite de caractères. Pourquoi garder cette habitude ? Autant écrire clairement et complètement ce que nous avons à dire, même si nous sommes dans un cadre non professionnel…
  • Faire des recherches quand on hésite sur l’orthographe d’un mot ou l’accord d’un verbe : à défaut de consulter un dictionnaire, il est très facile de vérifier sur Internet l’orthographe d’un mot ou la conjugaison d’un verbe.
  • Relire et/ou faire relire plusieurs fois ce que nous écrivons : ceux qui ne font pas de fautes d’orthographe ne sont pas forcément les meilleurs en français mais ceux qui prennent la peine de se relire. Que ce soit un message, un e-mail, un rapport, il est important de relire, au moins deux fois, ce que nous avons écrit. Vous pouvez également demander à une autre personne de faire une relecture pour vous : cela a son utilité pour avoir un regard extérieur sur ce que vous avez écrit. Plusieurs entreprises et particuliers proposent aussi des services payants de relecture de CV/lettres/rapports et certaines entreprises acquièrent des logiciels de correction des écrits.
  • Beaucoup lire : lire vous permettra de connaître l’orthographe de plusieurs mots et de développer votre vocabulaire.

Le monde professionnel exige de la rigueur. Eviter les fautes d’orthographe est un des premiers moyens pour montrer qu’on a la rigueur et le sérieux qu’il faut.

Crédit Photo : Iwaria

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :